L'école du bien être Santé Sevrage tabagique : la cigarette électronique « ménage-t-elle » la santé ?

Sevrage tabagique : la cigarette électronique « ménage-t-elle » la santé ?



La cigarette électronique serait-elle « bonne » pour la santé des fumeurs ? Un propos fort qu’il s’agit de nuancer : l’e-cigarette n’est pas bonne pour votre santé comme le sont les fruits et légumes, le sport ou encore un sommeil sain et réparateur. Lorsqu’elle est intégrée dans une approche de sevrage tabagique, l’e-cigarette vous aide en gardant le tabac à bonne distance. Au Royaume-Uni, l’agence de santé nationale estime que la cigarette électronique est 95% moins nocive que la cigarette traditionnelle au regard de sa composition chimique. De quoi vous faire réfléchir sérieusement à troquer votre paquet pour ce substitut nicotinique le temps de votre sevrage tabagique.

Cigarette électronique et santé : le vrai du faux

La cigarette électronique est sujette à débat. Ses détracteurs reprochent aux fabricants une sorte de « flou artistique » sur ses effets potentiels à long terme. Ses partisans, quant à eux, ne peuvent qu’observer son utilité en matière de sevrage tabagique, particulièrement dans un contexte où le confinement a entrainé une augmentation de la consommation de tabac. Selon les chiffres de Santé publique France, l’e-cigarette a aidé plus de 700 000 fumeurs français à décrocher depuis 2010. Il faut dire que ce dispositif a un avantage indiscutable sur les autres substituts à la nicotine : son mode d’utilisation. Contrairement aux patchs et aux gommes, l’e-cigarette s’utilise par inhalation. Cela permet au fumeur de conserver sa gestuelle, ses habitudes et rituels de consommation du tabac. Un aspect d’une importance capitale quand on sait la dépendance comportementale qu’induit le tabac.
Pour séparer le vrai du faux lorsqu’il s’agit de l’impact de la cigarette électronique sur la santé de l’utilisateur, l’Académie américaine des sciences a réalisé une analyse de près de 600 pages, passant en revue plus de 800 études menées sur le sujet. Il en ressort principalement que l’e-cigarette est infiniment moins nocive que le tabac au regard de sa composition chimique. Le rapport de l’Académie américaine démontre, preuves à l’appui, que la vapeur produite par la cigarette électronique ne contient pas le cocktail de substances présentes dans la fumée des cigarettes classiques. L’analyse souligne toutefois que l’e-cigarette pourrait modifier le fonctionnement des cellules à court terme. Cela dit, les conséquences à long terme de ces modifications restent encore à déterminer.

Exposition aux substances toxiques : l’e-cigarette gagnante par KO

C’est désormais prouvé : les vapoteurs sont moins exposés aux substances toxiques que les fumeurs. Jusqu’en 2019, aucune étude n’a comparé les effets à long terme de l’e-cigarette et du tabac sur l’organisme. Ce n’est désormais plus le cas, puisqu’une étude publiée dans Annals of Internal Medicine par des chercheurs du département d’épidémiologie et de santé publique de l’University College London au Royaume-Uni a révélé ceci : les niveaux de substances toxiques et cancérigènes retrouvés chez les vapoteurs sont largement inférieurs à ceux des fumeurs de cigarettes classiques.
Dans le détail, l’étude démontre une baisse significative de la concentration de produits toxiques dans l’organisme des anciens fumeurs passés à la cigarette électronique. Cette diminution n’est pas observée chez les fumeurs qui associent l’usage de l’e-cigarette au tabac (résultats obtenus après analyse des échantillons d’urine et de salive de 181 participants à la recherche des principales substances toxiques issues de la combustion du tabac : oxyde d’éthylène, nitrosamines, acroléine, etc.).

La cigarette électronique, une aide qui doit rester temporaire

En France, le Haut Conseil de santé publique (HCSP) considère la cigarette électronique, depuis 2016, comme une aide pour arrêter ou réduire la consommation de tabac. De l’autre côté de la Manche, l’Agence de santé publique anglaise révèle que l’e-cigarette est 95% moins nocive que la cigarette classique. Donc oui, la cigarette électronique est infiniment moins dangereuse que le tabac. Dans les faits, troquer la cigarette à tabac pour la vaporette est synonyme d’exposition moindre à plusieurs substances toxiques et cancérigènes. Rappelons que la fumée du tabac contient plus de 4 000 substances recensées, 80 d’entre elles étant cancérigènes.
Il faut toutefois rappeler que dans l’absolu, il est préférable de ne pas fumer et de ne pas vapoter. La cigarette électronique doit être exclusivement envisagée comme un moyen temporaire pour maximiser les chances de réussite de votre sevrage tabagique. Pour conclure, rappelons que la pire situation pour un fumeur reste de cumuler la consommation de tabac et le vapotage.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.